Février

Janvier s’en est allé, clément, boudeur quand même. Février sera-t-il du même tonneau ? Son point d’avènement s’illustre d’une super lune bleue de sang,  phénomène aussi rarissime qu’invisible à nos yeux. Notre terre, gorgée ruisselle allègrement. Qu’en pensent les poissons quand tout à coup leur domaine se dilate et s’épand sur d’autres limons ? Frayent-ils dans cet... Lire la suite →

Janvier

Janvier, réveil un peu groggy des fêtes successives… Côté météo, on espère sortir de la grisaille. Le jardin s’est ébroué des premières volées de neige. Des petits bouts de jacinthes  et de perce-neige pointent déjà leurs becs. Au marché, des étals se colorent du jaune méridional des mimosas. Pas d’illusion : sur le calendrier, le plus... Lire la suite →

Goethe et Hugo

Goethe, dit en allemand par Erwin Haep                      Wanderers Nachtlied Über allen Gipfeln Ist Ruh In allen Wipfeln Spürest du Kaum einen Hauch Die Vöglein schweigen im Walde Warte nur, balde Ruhest du auch Chant nocturne du voyageur Sur toutes les cimes La paix Au faîte... Lire la suite →

Deux poèmes de nos fondateurs

Enfance Tu toi serais chevalier Je moi étais ta princesse Cachons-nous sous les genêts Mettons nos habits de feuilles Et nos bijoux coquelicot Chaussons nos souliers cerise Je moi il ou elle Pour tutoyer le ciel Traversons la marelle Entre terre et paradisPasse passe passera La dernière y restera De l’autre côté du temps Petite... Lire la suite →

Il ne faut compter que sur Soi !

Un texte de Siska Moffarts  « A onze  ans, on devient  un homme Léo ! Allez du nerf, y a du bois à rentrer. Et  vire-moi cet harmonica, nom de dieu. Et toi petite morveuse va aider à la cuisine au lieu de pleurnicher comme une idiote. Qui  m’a fichu deux empotés pareils ??? Dans  la vie il... Lire la suite →

Décembre

Premiers froids, premiers flocons, la terre s’entoure de voiles et d’écharpes…brouillards, ceintures de neige et de givre. La vie se rétracte dans sa croûte. La bête s’étonne d’un paysage nouveau. L’humanité, lésinée en lumière, se rebiffe et s’engouffre dans l’éclat des fêtes. L’enfance écarquille les yeux. Misère et magnificence : le blanc et le noir... Lire la suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑