Août

  Éteints les vacarmes de Juillet. Les Belges reprennent souffle après la canicule.  Les festivals et les orages ont déferlé leurs tonnerres.  La nature, interventionniste au tour de France comme au grand prix F1, a dicté sa loi. Elle s’avère être dure, de plus en plus. Et le labeur des hommes endure ses sanctions. Enfin,... Lire la Suite →

Juillet

Les roses de juin s’effeuillent. La fragrance des chèvrefeuilles s’essouffle dans la touffeur  de  crépuscules caniculaires. Monsieur et madame Merle, en attente,  se relayent dans la fraicheur du lierre et des roses mourantes. C’est l’été. Juillet s’est ouvert chaud dans un relent confus de vacances, de trêve et de travaux routiers. Il flotte un air... Lire la Suite →

Rouge

Rouge, la lune au-dessus du bois. Rouge, la source qui naquit aussitôt. Rouges, la jupe, les jambes, les sandales, la culotte de la jeune fille.   « Et puis, grand-mère, que s’est-il passé ?  - D’après la grand-mère de ma grand-mère, c’était la plus jolie fille du village. Elle avait 15 ans et tous les garçons en... Lire la Suite →

Juin

Juin s’est penché sur l’étang vert. Il rit : deux demoiselles rouges et bleues  zigzaguent et puis s’arriment en face à face. Il nique le vieux saule en perruque trempant dans l’eau glauque ses mèches à peine décloses, salue les langues jaunes des iris tendus comme des piques au garde-à-vous, épie le mufle humide d’une grenouille... Lire la Suite →

La clé des champs

Poème primé de Brigitte Debroux C’est une clef en bois Taillée dans un sorbier Au jardin des lumières C’est une clef des champs Une clef buissonnière Une clef vif argent Sur le trousseau du vent À la robe légère Elle ouvre les sentiers Sauvages solitaires Traverse les vallées Passe à gué les rivières Contourne les... Lire la Suite →

Mai

 Voici qu’il vient, le joli mois de mai, bleu mois de Marie, au premier jour happé des harangues rouges et vertes sur les places,   éclairé des frais bouquets blancs  du muguet embaumant les coins de rue et plus tard le cœur des mères extasiées aux compliments de leurs petits. Cet an, il lui faut... Lire la Suite →

Devant la cheminée

Un poème de Siska Moffarts Quelques brindilles Une poignée de feuilles mortes Des éclats d’écorce Tu es le génie du feu Une seule allumette Anime une étincelle d’or qui s’embrase Un minuscule brasier nait des flammèches endiablées Adroitement tu le nourris de bois sec Sorbier sapin hêtre houx Bientôt le feu grandit Il feule s’élève... Lire la Suite →

Avril 2019

Il se pousse, Avril, sans gêne et sans vergogne.  Au travers de dépouilles flétries. Le dard d’une jacinthe bleue perce la feuille du chêne. Du vieux sycomore ébahi, l’ogive d’une tulipe soulève la trame énervée d’une feuille oubliée. Il se passe d’étranges choses. Une mystérieuse ébullition souterraine fait surgir d’un coup mille formes de vie... Lire la Suite →

La tempérance

Voici trois poèmes  pour illustrer le thème de notre réunion du  28 février 2019 :   Il faut être toujours ivre, tout est là ; c'est l'unique question. Pour ne pas sentir l'horrible fardeau du temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi?... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑