Ecrire avec Cécile Miguel

IMG_5142

 

Lumière éteinte  Noir profond  J’ai peur….
Vous arrivez  Errez  Dansez  Agitez vos tentacules au-dessus de mon visage.
Mes yeux sont clos
Je vois les vôtres
J’ai peur…
Qui êtes-vous ?  D’où venez-vous ? Qui cherchez-vous ?
J’ai peur…  Peur des géants !
Je me lève, j’allume, vous fuyez.  Finie l’errance…
AH… si j’avais mangé mes ancêtres !
Bernadette, d’après « Errance crépusculaire  » de C. Miguel

 

IMG-20191107-WA0004

Où es-tu ?
Je suis dans ton rêve, dans cette part d’indicible où rien ne s’achève.
Je suis dans l’autre scène, dans le suc de ton silence, les sept mains de la nuit.
Assis sur le soleil mon œil immense sonde tes errances crépusculaires.
Je suis à jamais ta clarté et ton ombre, ton errance la plus noire et ton âge d’or.
Siska, d’après des titres d’œuvres de C. Miguel

 

 

IMG_7404

Confidences à Cécile Miguel
Le temps s’efface. Le temps n’existe pas.
Comme toi, j’avance dans la nuit.
Des êtres – ou est-ce des extra-êtres – s’avancent dans une danse décousue. Les as-tu rejoints ?
Je me mêle à la folle farandole.

Partout, de grands yeux, des corps allongés. Et le noir, encore et toujours.
As-tu vécu cette solitude parmi les vivants ? Tant d’ombres, des explosions de joie, d’émotion, de colère retenue donnent vie à un formidable chaos.
Je me plonge dans ton monde. Je devine ta douleur, ton errance.
Elles sont parfois miennes. Parfois.
Je suis tes pas et j’entre soudain dans la lumière.
La vie explose. Jaillissement de couleurs.
Nos chemins se séparent. Je te laisse à ton errance, à tes démons. Je préfère l’harmonie intemporelle. Je sais qui tu recherches. Mais plus jamais et tu le sais. Cela est ta force, ton génie.

Bernard, d’après des oeuvres et  des titres d’œuvres de C. Miguel

 

IMG-20191107-WA0002

D’abord il y a la tête.  La tête ? Non, pas la tête, les yeux la mangent tout entière.
Les bras voudraient étreindre… Quoi ?  Le vide ?
Quels bras ?
Le corps fantomatique, longues jambes désarticulées,
Le noir du corps.
Les bras, les autres bras, immenses, squelettiques…
Le corps errant dans le vide chaotique.
Les yeux sont partout, obsessionnels, inquiets.
A qui sont ces yeux rouges qui flottent
autour de ce long cou ?
Est-ce moi qu’ils fixent obstinément ?  Ils me transpercent…
Au secours !  Sauvez mon âme en désordre*

*Merci Paul.
Mady, d’après « Errance »

 

 

Tableau de Cécile Miguel IMG_5932

C’est l’apéro  Bar sympa  Quatre personnes  Et nous deux.  Une petite table  Un plat de chips  Je pioche  Je croque  Ils « craquent ».
J’entends encore « crrriiic,  crrriiic » !  Mais pourquoi ont-ils servi les doigts de Mathis ?  Semblables à de petits os de grenouilles.
Ils repousseront…Ah bon ?  Comme les cheveux ?  Foutaise !  Quel plaisir de croquer les doigts de son petit-fils !  Il est là, avec moi, que c’est bon !
Regards de reproches, regards assassins.  Je comprends l’horreur !
« Tu ne peux pas ! »  J’attrape le plat, l’explose violemment sur le sol.
Le verre à côté de moi subit le même sort…. et me réveille !

Bernadette, Raconter un rêve

 

IMG_8077

Au bout de son museau légèrement levé, un chat promène une aiguille à la verticale.  « Moi, je suis le chat de l’aiguille », ricane le chat.  « Moi, je suis l’aiguille du chat », répond l’aiguille.   » Qu’est-ce qu’une aiguille sans chas ?  » murmure le chas qui, en se détachant de l’aiguille, se perd dans les poils du chat.
« A quoi joues-tu ? » demande le chat.  « A chat perché » répond le chas de l’aiguille.  « Me voilà creuse, répond celle-ci.  Que suis-je sans chas ? »  Et voilà le chat qui danse un chachacha sur ses pattes de velours.  « Cha alors » s’écrient les deux autres.  « Peuh ! dit le chas, ce ne sont pas là des pas d’entrechat ».  L’aiguille tousse et pique le chat.  « Excuse-moi, j’ai un chat dans la gorge ». « C’est assez. Il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Chacun reprend sa place !  » dit le Shah de Perse qui passait par là.  « Chalut tout le monde » !
Bernard, prolonger le texte de Cécile Miguel

20180730_161130

 

 

 

 

 

 

« A côté de chacun des arbres du parc, un être, en bleu, se tient immobile. » 
J’interpelle le premier « Que fais-tu là ? »
– Je fais le guet, tu ne vois pas ?
– Et les autres ?  – Pareil.
– Vous allez faire le guet longtemps ?
– Le temps qu’il faudra.
– Qu’il faudra pour quoi ?
– Arrête avec tes questions, est-ce que je t’en pose moi ?
Je fais mon boulot de gardien d’arbre.
Nous faisons tous notre boulot de gardien d’arbre.
Sauvez les arbres, c’est notre mission.  C’est ainsi que nous vous sauverons, vous les humains.  Vous en avez bien besoin, non ? »

L’arbre alors prend la parole – car, vous l’avez compris, c’est un arbre à paroles : « N’écoute pas les humains, mon ami, bientôt ils n’auront plus rien à dire,
quand la terre les aura noyés, asphyxiés, brûlés ».
Et tous les arbres en chœur : « Noyés, asphyxiés, brûlés ! »

Et les schtroumpfs  se mettent à rire à gorge déployée. 
Je me suis réveillée, en nage, je me suis précipitée vers la fenêtre.
Le grand mélèze était toujours là…
Mady, raconter un rêve, prolonger le texte de Cécile Miguel

 

IMG-20191107-WA0005IMG-20191107-WA0002
Dis-moi, Cécile, où sont donc tes ancêtres ?
Est-ce à eux que tu prêtes des yeux immenses, une bouche torturée, des bras vides, une démarche tremblante ?

Raconte-moi, Cécile, ces couleurs épaisses puis ces dessins dépouillés,
raconte-moi les jours gris succédant aux journées flamboyantes.

Si tu le veux, dis-moi pourquoi tu as choisi la discrétion d’un atelier alors que ton talent sautait aux yeux des meilleurs de tes pairs.
Ami qui me découvre, tout est là sous tes yeux.
Regarde ! Fais silence ! Ecoute ce que ressent ton âme.
Marcelle,  lettre à l’artiste

20180730_161130

A l’orée de l’âge d’or, Cécile, là où l’œil immense
défie l’errance crépusculaire,
tu mets nos âmes en désordre
avant de pouvoir découvrir avec étonnement
notre jardin intérieur.

Marcelle, à partir des titres des livres et tableaux de Cécile Miguel

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑