Devant la cheminée

Un poème de Siska Moffartsfoyer ardent 001

Quelques brindilles
Une poignée de feuilles mortes
Des éclats d’écorce
Tu es le génie du feu
Une seule allumette
Anime une étincelle d’or qui s’embrase
Un minuscule brasier nait des flammèches endiablées
Adroitement tu le nourris de bois sec
Sorbier sapin hêtre houx
Bientôt le feu grandit
Il feule s’élève se couche se redresse se tord
Pour la joie de nos sens
Tu lui offres alors une souche  de saule marsault
Qui  craque et pétille en gerbes foudroyantes

J’aime tes mains qui construisent le feu et le nourrissent
J’aime tes mains qui font naître le plaisir

–        Notre plaisir –

Comme le saule marsault je  brûle et tu flamboies

Siska Moffarts

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑