Deux poèmes de nos fondateurs

Enfance

Tu toi serais chevalier
Je moi étais ta princesse
Cachons-nous sous les genêts
Mettons nos habits de feuilles
Et nos bijoux coquelicot
Chaussons nos souliers cerise
Je moi il ou elle
Pour tutoyer le ciel
Traversons la marelle
Entre terre et paradisDSC06670_InPixioPasse passe passera
La dernière y restera
De l’autre côté du temps
Petite sœur
Les bêtes à bondieu nous guettent…

Siska Moffarts

 

Des chemins

DSC00808A

Je suis reparti seul sur des chemins
Que nos pas avaient mesurés ensemble
Chemins de glaise et de brouillard
Où se sont essorés nos mots
Naguère
Papillons lourds
Papillons graves
L’herbe en était un peu plus verte
Plus de chenille, le vent frottait
Son museau de chat sur la pointe des arbres
Des mots s’y glissaient encore
Papillons lourds
Papillons morts

Michel Gelin

Un commentaire sur “Deux poèmes de nos fondateurs

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑