L’août

L’août. À pas de loup, il a suivi les traces de juillet expirant dans le camaïeu d’une météo en demi-teinte. Ce n’est pas certes l’arrière-saison,  hirondelles et martinets fustigent encore les bleus du ciel mais le merle a suspendu ses trilles. SONY DSC Il y a des silences dans le vaste tintamarre des hommes accablés dans la grande transhumance d’été. C’est la fête des insectes qui nous visitent depuis chacun des éléments. Nous, humains,  ne savons où donner de la tête devant les nouveaux venus. Insectes, virus et bactéries nous assaillent. C’est la revanche des petits, le G 20 du sous- prolétariat… en quelque sorte. Et s’ils gagnaient ?

2 commentaires sur “L’août

Ajouter un commentaire

  1. Si joliment dit, simple en apparence, mais tous les mots bien choisis pour traduire son ressenti: bravo le poète!

  2. Jolie plume d’été…effleurant nos pensées avec légèreté et douceur… de l’interpellation charmante ensuite nous titille au gré des mots…
    Merci l’artiste…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑