JUILLET

À l’échelle Fahrenheit, le mercure s’exhibe au pas de la procession d’Echternach, un
degré en avant, deux  DSC00687A en arrière…Les roses n’en ont cure, elles exultent sur les murs et dans les jardins. Déjà les premières s’effeuillent. Les cahiers d’école reposent un moment  parmi l’accueil empressé des ombres. L’heure est à d’autres paysages, autres passions, autres décors. S’ouvre un air de vacance, vide heureux… juste avant la levée du futur désir. Ou la voix du prochain appel…  C’est l’été.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑