Ma classe normande – Poème

Une vingtaine d’écoliers…
L’école était toute petite
Il y avait deux escaliers
Et la cour, quand le vent s’agite,
Prenait un air de Sahara.
La guerre fait ces farces-là…

Des farandoles de poussière
Autour des gouttes de la pluie
Poudraient des billes aventurières
À mes pupilles ébahies.
Là, je découvris qu’en des cas,
La guerre fait ces farces-là…

J’appris, bien sûr, les rois de France,
Quatre-vingt-neuf départements,
Le cours sinueux de la Rance,
Et l’air fameux du régiment
De Sambre et Meuse…(Aussi par là !)
La guerre fait ces farces-là…

Je sus connaître les abeilles,
La charrue perdit ses secrets
Coutre, versoir et tourne-oreilles
Se dessinaient sur mes livrets.
Quelle aventure en ce temps-là !
La guerre fait ces farces-là…

Avec les autres, à perdre haleine
Je chantais le chant du départ :
La république était en peine
Et la victoire… bien en retard.
Que de déboires ici-bas !
La guerre fait ces farces-là…

Cher petit coin de Normandie
Qui m’accueillit à mes neuf ans
Lorsque je quittai ma patrie
Chassé sous les bombardements,
Je me souviens de votre école
D’où je vis passer les Spahis.
Et ma mémoire caracole
Avec Sabine, Paul et Denis.

Dieu, que ça devient loin tout ça
La guerre fait ces farces-là…Michel G. - A la mer 001

Michel Gelin

2 commentaires sur “Ma classe normande – Poème

Ajouter un commentaire

  1. Quelle magnifique évocation tout en pudeur et sobriété de moments inoubliables de votre enfance. C’est très beau. Merci Michel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑