Le village englouti

C’était un tout petit village
De rien du tout,
Juste un clocher, dix maisons sages
Au creux d’un trou.

Seul un ruisseau menait tapage,
Petits remous.
Quand un préfet du voisinage,
À pas de loup,

Avec un maître d’arpentage
Vint tout d’un coup
Estimer qu’un certain barrage
Ferait beaucoup

En eau potable et canotage,
Et puis surtout
En électeurs et leurs suffrages…
On n’est pas fou.

Et l’on remplit le paysage,
L’on chassa les chiens, les matous
Les vieilles gens, leur paquetage
Pour habiter on ne sait où.

Oh le beau lac, l’aimable plage,
Le joli coin bien de chez nous
S’écriaient les gens en voyage !
Mais en dessous,

Les vieux pommiers, le vert bocage
Du fond du sombre sarcophage
Geignaient : et glou, et glou et glou…

                                        Michel Gelin

 

 

Un commentaire sur “

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑