Secret

Quand les grands oiseaux larges
Les grands oiseaux de feu et de suie
Tourbillonnant
Auront ployé pour toujours
Leurs ailes violentes
Alors…

Quand les fièvres lasses seront tombées
Sous ma tempe délivrée
Alors
Le vent glacé doucement
Poussera la porte aux amours mortes

Alors
Viendront les voix anciennes
avec leurs « mon cœur » et leurs « je t’aime »

Au bal des amours perdues
Ma place manquera
Ces mots-là
N’auront jamais franchi mes lèvres émues
Non, ces mots-là
La pudeur
La peur
Les emportera

Michel Gelin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑